logo-curie NOUS
SOUTENIR

Quand la Fée lumière rencontra les "magiciens" du radium...

Loïe Fuller (1862-1928), danseuse et chorégraphe américaine, surnommée la "Fée lumière" est considérée comme la pionnière de l’art technologique et des effets spéciaux pour les costumes et décors de scène. Toujours à l'affût des découvertes scientifiques de son temps, elle rencontra Pierre et Marie Curie dans leur laboratoire en 1902...

Mary Louise Fuller, dite Loïe Fuller, est née à Hinsdale (Illinois), le 15 janvier 1862. Danseuse et chorégraphe autodidacte, elle créée à New York en 1892 la "Danse serpentine" qu’elle présente en solo, avant de rejoindre Paris et les Folies Bergères, où elle utilise les nouvelles technologies dans ses spectacles et dépose des brevets d’invention pour des effets scéniques (illusions d’optique, éclairages, costumes…). Elle a inspiré et côtoyé de nombreux artistes et personnalités, comme Jules Chéret, Henri de Toulouse-Lautrec, Camille Flammarion, Thomas Edison ou encore Pierre et Marie Curie. En 1898, Loïe Fuller installe chez elle un laboratoire où elle effectue des recherches sur les effets lumineux et les rayons ultraviolets. Inspirée par les travaux des Curie sur le radium, elle créée la "Danse ultra violette", puis monte un spectacle intitulé la "Danse du radium", malgré l’impossibilité technique d’utiliser la phosphorescence des sels de radium dans ses costumes de scène. Après leur avoir offert une séance privée de ses danses lumineuses, elle invite les Curie à rencontrer le sculpteur Auguste Rodin, à Meudon en 1904. Elle restera très attachée à la famille Curie et attentives aux expériences scientifiques les plus diverses.
Loïe Fuller fut la première grande danseuse solo internationale. Le premier film colorié de l’histoire du cinéma, produit par Edison en 1896, montre les mouvements de la danse serpentine créée par la célèbre « fée lumière ». A la fois artiste, chercheur, inventeur, « La Loïe Fuller » continue d’inspirer de nombreux artistes contemporains et reflète la transdisciplinarité entre l’art et la science…