logo-curie NOUS
SOUTENIR

C13La chambre à brouillard : voir l’invisible

La chambre à brouillard, inventée en 1897-1899 par le physicien écossais C. T. R. Wilson, est un instrument de détection de rayonnements : elle permet d’observer les trajectoires de particules ionisantes et de « photographier l’invisible ». La détente d’un piston provoque le brusque refroidissement d’un gaz saturé en humidité, contenu dans une enceinte transparente isolée. La vapeur se condense alors sur les ions laissés sur leur passage par des particules chargées et forme des gouttelettes microscopiques, rendues visibles par un éclairage latéral. La chambre peut être utilisée couplée à un électroaimant, dont le champ magnétique dévie les particules chargées, ce qui permet de les identifier et de les distinguer. L’appareil photographique placé au-dessus permet de prendre des clichés stéréoscopiques et de mesurer les trajectoires. En 1931, Frédéric Joliot conçoit un nouveau type de chambre à pression variable, lui permettant de travailler à des pressions très faibles, ce qui allonge les trajectoires observables. Irène et Frédéric Joliot-Curie effectueront de nombreuses recherches scientifiques (sur le neutron, l’électron positif, la radioactivité artificielle, la fission de l’uranium …) avec cet instrument.

Le saviez-vous ?

Les substances radioactives émettent trois types de rayonnements : alpha, bêta et gamma. Les rayons alpha et bêta sont constitués de particules chargées électriquement et peuvent être déviés par un champ magnétique. Le rayon gamma est une onde électromagnétique de grande énergie.

> visionner toutes les photos ...