Marie Curie et son engagement à la CICI

Histoire(s)

Publié le 25/04/2022
Modifié le 15/09/2023
par Anne-Morgane Devriendt
Temps de lecture: 6mn
La participation active de Marie Curie à la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI), est l’un des aspects moins connus de la carrière de la scientifique. Cent ans après la création de la CICI, revenons sur l’engagement de Marie Curie dans cette organisation.

La création de la CICI

La Société des Nations (SDN) est créée en 1919 pour entretenir la paix et éviter de nouveaux conflits mondiaux. C’est dans ce cadre qu’est créée la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle (CICI) en 1922, ancêtre de l’UNESCO, pour soutenir la coopération intellectuelle et scientifique à l’échelle internationale. Elle est composée de plusieurs sous-commissions visant à faciliter les échanges et la diffusion du savoir scientifique et culturel, à préserver le patrimoine et les musées, à protéger la propriété intellectuelle ou scientifique, etc..

La CICI réunit des intellectuels de divers pays, dont les scientifiques Marie Curie, Albert Einstein et Paul Langevin mais aussi des écrivains comme Paul Valéry et des philosophes comme Henri Bergson. Marie Curie est invitée à rejoindre la CICI dès sa création. Sa correspondance avec sa fille Irène Joliot-Curie et avec Albert Einstein témoigne de l’intérêt qu’elle porte à cette nouvelle organisation. Ainsi, c'est elle qui encourage Einstein à rejoindre également la CICI :

J’aimerais savoir si vous avez accepté cette invitation. Pour ma part, je crois que l’acceptation de votre part comme de la mienne, serait sans doute nécessaire, si nous avions le ferme espoir de rendre quelques services réels. Mon sentiment est seulement que la Société des Nations, quoiqu’encore imparfaite, est un espoir pour l’avenir.

Lettre de Marie Curie à Einstein le 27 mai 1922

De gauche à droite : Albert Einstein, Robert Millikan, Gilbert Murray et Marie Curie à la Commission Internationale de Coopération intellectuelle à Bruxelles, juillet 1925. © Musée Curie (coll. ACJC)

Marie Curie devient un membre actif de la CICI. Malgré ses problèmes de santé, ses obligations de professeur d’université et sa fonction de directrice de laboratoire, elle est présente à 80% des sessions de la CICI, d'après l'historien Martin Grandjean.

Marie Curie, engagée pour des sciences égalitaires et internationales

En 1926, Marie Curie soumet son Mémorandum sur la question des bourses internationales, pour l’avancement des sciences et le développement des laboratoires.

Elle y défend deux points sensibles : l’égalité des chances et l’internationalisme. Elle est convaincue de la nécessité d’encourager le partage des connaissances à l’échelle de la société et de ne pas la réserver à une élite :

Personne ne contestera, je pense, que même dans les pays les plus démocratiques, l’organisation sociale actuelle fait un avantage considérable à la fortune et que les voies qui conduisent vers l’instruction supérieure largement ouverte aux enfants de familles aisées restent d’accès difficile pour les enfants de familles à moyens restreints. Ainsi toute nation perd chaque année une forte partie de la sève vitale la plus rare et la plus précieuse.

Photo de groupe prise lors d'une session de la Commission Internationale de Coopération Intellectuelle à Genève, en août 1922. Autour de la table, de gauche à droite, N.D. Banerjee, George Ellery Hale, Kristine Bonnevie, Gilbert Murray, Marie Curie, Henri Bergson, Leonardo Torres Quevedo, Jules Destree, Francesco Ruffini, Gonzague de Reynold, A. de Castro. © Musée Curie (coll. Institut du radium).

Elle considère également essentiel d’organiser la diffusion des connaissances au niveau international car, selon elle, la recherche scientifique est le résultat du travail de multitudes d’équipes dans le monde entier :

La science, en effet, est essentiellement internationale, et c'est par manque de sens historique qu'on lui attribue des qualités nationales. Quelle que soit la fierté légitime d'un pays déterminé pour avoir pris une part importante à la floraison des connaissances humaines, ne perdons pas de vue que les conditions de la vie et du travail se modifient et que d'autres centres peuvent être appelés à naître et à joindre leur effort à celui des centres anciens.

Il est donc important que tous puissent accéder aux mêmes connaissances. C’est justement pour cela qu’elle s’investit dans la CICI, particulièrement dans la sous-commission de bibliographie des sciences physiques, qui a pour objectif la diffusion des connaissances de ce domaine.

Marie Curie propose ainsi la création de bourses internationales en réponse à ces deux enjeux. Les jeunes chercheurs, qu’elle appelle « stagiaires », pourraient ainsi se former et acquérir de l’expérience. Ceux qu’elle appelle « chargés de recherche », plus expérimentés, seraient en mesure de se consacrer pleinement à leurs travaux au sein d’un laboratoire.

Elle souligne que :

On ne peut appliquer une conception, en quelque sorte commerciale, au travail scientifique. Des efforts dignes d’éloge peuvent rester sans résultat favorable par suite de circonstances imprévues ou par suite d’erreurs difficiles à éviter dans la recherche de l’inconnu. Il serait puéril de vouloir soumettre le travail scientifique à des formes rigides qui le paralyseraient au lieu de l’encourager.

Première page du mémorandum de Marie Curie. Source : UNESCO

Le discours sur l’Avenir de la culture

En 1933, Marie Curie préside un entretien organisé à Madrid par le Comité permanent des Lettres et des Arts, qui fait partie de la CICI, sur le thème de « L’Avenir de la culture ». Certains membres du Comité déclarent la culture en crise, aggravée par les progrès de la science, jugés trop rapides. Marie Curie, dans son résumé des discussions, prend la défense de la science, de son enseignement et tempère les propos :

Je suis de ceux qui pensent que la Science a une grande beauté. Un savant dans son laboratoire n’est pas seulement un technicien ; c’est aussi un enfant placé en face de phénomènes naturels qui l’impressionnent comme un conte de fées. Nous devons avoir un moyen pour communiquer ce sentiment à l’extérieur ; nous ne devons pas laisser croire que tout progrès scientifique se réduit à des mécanismes, des machines, des engrenages, qui, d’ailleurs ont également leur beauté propre.

Je ne crois pas non plus que dans notre monde, l’esprit d’aventure risque de disparaître. Si je vois autour de moi quelque chose de vital, c’est précisément l’esprit d’aventure qui paraît indéracinable et s’apparente à la curiosité. On trouve l’esprit d’aventure chez les enfants, à tous les âges et à tous les degrés.

Extrait du discours de Marie Curie lors des Entretiens sur l'Avenir de la Culture

Cette intervention, le dernier discours de Marie Curie à la CICI, témoigne de sa vision de la science et de la recherche scientifique qui allie curiosité, technique et émerveillement.

Pour aller plus loin

À lire aussi

Est-ce qu’il est toujours possible d’utiliser des produits au radium ?

À la uneF.A.Q.

13/06/2024

La découverte du radium en 1898 par Marie et Pierre Curie a suscité un engouement général pour cet élément, malgré sa dangerosité. Entre 1910 et 1940, le radium a été utilisé dans de nombreux objets du quotidien. Mais est-il encore possible d’utiliser du radium aujourd'hui ?

Lire l’article

Quels sont les films et documentaires sur Marie Curie ?

À la uneF.A.Q.

07/05/2024

Trois ans après le décès de Marie Curie, sa fille Ève publie en 1937 une biographie intitulée Madame Curie. Elle est adaptée au cinéma six ans plus tard. Depuis, l’histoire de la scientifique continue d’inspirer de nombreux scénaristes et réalisateurs ou réalisatrices. Voici une liste de ces créations cinématographiques et télévisuelles.

Lire l’article

Les dessous de la conception du conte "Irène Curie, fée de l'atome"

À la uneCoulisses

09/02/2024

Entrons dans les coulisses de la création du nouveau spectacle du Musée Curie et explorons quelques questions. Quels sont les partis pris de la structure du récit et de sa mise en scène ? Comment le rêve, la poésie et l’imaginaire peuvent-ils côtoyer la véracité historique et scientifique et prendre du sens ?

Lire l’article